Gilles-Caron-Hotel-de-ville-newsletter-culturclub.png
 
L'avis du Club.png
 

L'hôtel de Ville rend hommage à Gilles Caron, ce photojournaliste exemplaire qui a révélé certaines icônes de mai 68. On commence d’abord par observer des photos des plus grands de la Nouvelle Vague, de Jane Birkin à Charles Aznavour en passant par Mireille Darc. Mais ce n’est pas la partie la plus intéressante. Dans le Club, ce qu’on a préféré c’est retrouver toutes les photos prises durant les premiers combats étudiants de mai 68. Et plus particulièrement de découvrir l’histoire de cette fameuse photo du 6 mai 68 de Daniel Cohn Bendit face au policier casqué. A travers ces clichés, on a réussi à reconstituer la manière dont Gilles Caron s’y est pris pour immortaliser ce moment exceptionnel. Au delà de ça, il s’est également fait connaître pour ses reportages de guerre en Israël, au Vietnam ou au Biafra. Il a d’ailleurs été porté disparu 2 ans plus tard, en 1970, lors d’un reportage au Cambodge…
Les 3 bonnes raisons d’y aller : C’est gratuit, riche et instructif ! Encore un incontournable de l’été.

 
Biographie.png
 

Né en 1939 à Neuilly-sur-seine, Gilles Caron est un photographe et reporter de guerre français. Il a couvert de nombreux événements de son temps : révoltes, famines et guerre. Il était également très proche du milieu artistique, photographiant des chanteurs, des acteurs ou encore des vedettes du show-business. 

Le 5 avril 1970, alors qu'il n'avait que 30 ans, il disparait dans le sud du Cambodge sur la route allant au Vietnam. Il y était pour un reportage et avait retrouvé ses deux envoyés spéciaux de Paris Match, Daniel Camus et Jean Durieux, à l'Hôtel Royal. Le lendemain de son arrivée, deux voitures quittent l'hôtel, l'une avec Camus et Durieux, l'autre avec Gilles Caron, un journaliste freelance, un coopérant français et le chauffeur. Ils se suivaient au début de la route puis se sont séparés, la première suivant le Mekong vers l'est. Celle de Gilles Caron en revanche a pris la route n°1 qui relie Phnom Penh à Saïgon à travers une zone tenue par les Khmers rouges. Sans savoir ce qu'il s'est véritablement passé, on ne le reverra plus jamais. 

De son vivant, aucun recueil d'images n'a été publié. Sa première exposition majeure s'est déroulée en 2006 aux Rencontres d'Arles. C'est en 2007 que son épouse, Marianne Caron-Montely, a décidé de créer la Fondation Gilles-Caron. ayant pour objectifs l'acquisition, la conservation, la diffusion et la valorisation de son œuvre.

 
Infos pratiques.png
 

Hôtel de Ville, 5 rue de Lobau, 75004 PARIS

Horaires

Vendredi, samedi, lundi, mardi, mercredi, jeudi de 10h à 18h

Tarifs

Gratuit 

 

 

 

 
Lisa Marguenot