La jeune fille à la perle : l’œuvre de Vermeer romancée

 
A41794.jpg
 
 

Quand un peintre fait le portrait d’une femme dont personne ne connaît l’identité, on aime s’imaginer une histoire délicate et passionnelle.

En effet, la jeune fille à la perle, ou « Girl with a pearl earing » en anglais, œuvre de 1665 du célèbre peintre Johannes Vermeer, attise les curiosités et a vu naître diverses théories. Quand certains affirment qu’il s’agissait de l’une de ses filles, d’autres ont imaginé une rencontre.

C’est le cas de Tracy Chevalier, auteure de ce roman historique, qui s’est largement renseignée sur le peintre et son oeuvre. Cette écrivaine américaine nous transporte au XVIIème siècle, pour nous faire admirer la douceur et l’innocence de la jeune fille à la perle.

L’histoire est celle de Griet, issue d’une famille modeste, qui arrive en âge de travailler. Elle est engagée comme servante par une famille noble où elle va s’occuper de 6 enfants ainsi que des tâches ménagères. Cette famille se trouve être celle de l’artiste peintre néerlandais, où la jeune fille va connaître un quotidien troublant. En effet, Vermeer va progressivement s’éprendre de celle-ci, tandis que son épouse au contraire la jalouse. Naît alors une intimité pudique, autour d’un portrait, et l’on ne souhaite que suivre cette attirance réciproque entre la servante candide et le peintre solitaire.

On s’attache à Griet qui, tout en tentant de trouver discrètement sa place dans une époque fortement marquée par les codes sociaux, subit par ailleurs la haine de la maîtresse de maison. Cette dernière n’a en effet pas le droit de pénétrer dans l’atelier de son mari, tandis que Griet y est autorisée pour y faire le ménage. Sans oublier le boucher de la ville, qui est également passionnément amoureux de la jeune fille.

La romancière nous fait voir toutes les scènes, y compris les techniques de peinture, à travers les yeux de la jeune femme. Et on imagine parfaitement les décors néerlandais tant les détails sont fournis. La description semble si fidèle qu’on y plonge rapidement, impatient de découvrir l’issue de cette histoire obsédante. Car si elle n’est pas rythmée par des rebondissements, elle est tout aussi prenante par les sentiments timidement éprouvés.

La lecture est par ailleurs fluide et rapide, pour le plus grand plaisir de l’esprit.

 

LE PLUS

 
photo-la-jeune-fille-a-la-perle-12.jpg

Pour les plus curieux, le roman a fait l’objet d’une adaptation cinématographique par Peter Webber, qui ne laisse pas non plus indifférente. Si le long métrage date de 2004, il représente fidèlement le livre de Tracy Chevalier et la vie du peintre, tant sur son caractère que sur les décors. Et ça vaut le détour !  Le film a d’ailleurs fait l’objet de trois nominations aux Oscars, avec notamment l’interprétation de Scarlett Johansson dans le rôle de la jeune fille, accompagnée de Colin Firth dans le rôle de Vermeer.

 
 

Par Noémie MEULAN, publié le 29/05/2019.

 
Titre Plus d'articles.png