Agnès Varda en deux films

 
 

Le 29 mars 2019, nous avons perdu une figure emblématique du cinéma français : à 90 ans, Agnès Varda s’est éteinte. La seule réalisatrice de la Nouvelle Vague a su se faire un nom au sein du cinéma français qui à l’époque était presque exclusivement masculin, et laisse derrière elle une filmographie aussi riche et variée que poétique et engagée. Pour lui rendre hommage, voici deux films emblématiques de son œuvre, à voir ou à revoir.

Cléo de 5 à 7 (1962)

Cleo-de-5-a-7-agnes-varda-culturclub-newsletter-culturelle.jpg

Ça parle de quoi ? De Cléo, une jeune femme, chanteuse professionnelle et terrifiée à l’idée d’avoir un cancer. De 17h à 19h, en temps réel, on suit ses aventures où on la voit chanter, rire, pleurer, briser des cœurs et chercher du réconfort dans un Paris qui la rejette.    

Pourquoi je devrais regarder ? Entre la musique de Michel Legrand, les aventures rocambolesques de Cléo, le jeu d’acteur de Corinne Marchand absolument grandiose et le film entièrement tourné en noir et blanc et 35mm, c’est compliqué de ne pas passer un bon moment devant ce film. Après une courte heure et demie, on veut passer plus d’une vie avec Cléo.

 

L’une chante, l’autre pas (1977)

l-une-chante-l-autre-pas-agnes-varda-culturclub-newsletter-culturelle.jpg

Ça parle de quoi ? Pauline est encore au lycée et souhaite devenir chanteuse. Elle vit encore chez ses parents mais rêve d’un avenir libre et artistique. Suzanne est enceinte pour la troisième fois, et vient de perdre son mari. C’est leur histoire, celle d’une rencontre, d’une amitié, et de deux façons différentes d’être une femme dans les années 70 en France.

Pourquoi je devrais regarder ? L’une chante, l’autre pas est l’un des films les plus engagés d’Agnès Varda. En chanson, elle aborde les thèmes de l’avortement, du féminisme, mais aussi des mères seules qui élèvent leur enfants, des artistes qui vivent sur la route, des femmes qui sont toutes différentes et qui s’aiment et se soutiennent. C’est poétique, doux et fort à la fois, et 40 ans après sa sortie, ça n’a jamais été aussi actuel.

Agnès a débuté le cinéma en 1955, et a été présente dans le milieu jusqu’à sa mort. Ces deux films ne sont qu’un aperçu de sa filmographie qui comporte des dizaines de documentaires, de courts-métrages et de longs-métrages, tous différents et à découvrir absolument pour essayer de comprendre l’univers fascinant qu’avait cette grande dame.  

 
 

Par Mathilde Ambach, publié le 29 mars 2019 

 
Titre Plus d'articles.png